Biosphere

Biosphere (NO)

Vous souvenez-vous de Biosphere 2, cet immense dôme en verre construit en 1990 dans le désert de l'Arizona? Pour ce projet, visant à expérimenter les possibilités de vie en autarcie dans l'espace, des familles entières étaient appelées à vivre hors de leur environnement originel pendant un laps de temps plus ou moins long... Geir Jenssen a été marqué par ce projet, au point d'en tirer son patronyme. Grâce à des compositions qui ont déjà été assimilées au « son de l'arctique » - expression toutefois réductrice tant son travail est beaucoup plus que le simple reflet de son environnement -, il vous propose de vivre le même type d'expérience. Animé par la précision du détail, des textures riches, une esthétique naturaliste minimale - touches sous-marines, échos de bateaux lointains, glitchs glacés - et autres jeux de fréquences, il compose un « cinéma pour les oreilles » qui implique irrémédiablement l'auditeur dans une dimension sonore profonde et onirique. Pour sa performance à MUTEK, il est accompagné de l'artiste multimédia Egbert Mittelstädt, qui transcrit à merveille les évocations acoustiques de Biosphere en empreintes et dérapages visuels. Mittelstädt échappe avec style et sans prétention au formalisme rigide et dichotomique qui s'installe trop souvent entre l'image et le son. Ses manipulations numériques d'images de nature ou de situations d'extrême quotidienneté déstabilisent la perception et constituent une véritable invitation à l'évasion, vers des horizons indéfinis, à la fois irréels et poétiques.

A_VISION 1

Teatro Fru Fru 10/10/2007

Vous souvenez-vous de Biosphere 2, cet immense dôme en verre construit en 1990 dans le désert de l'Arizona? Pour ce projet, visant à expérimenter les possibilités de vie en autarcie dans l'espace, des familles entières étaient appelées à vivre hors de leur environnement originel pendant un laps de temps plus ou moins long... Geir Jenssen a été marqué par ce projet, au point d'en tirer son patronyme. Gr?¢ce à des compositions qui ont déjà été assimilées au « son de l'arctique » - expression toutefois réductrice tant son travail est beaucoup plus que le simple reflet de son environnement -, il vous propose de vivre le même type d'expérience. Animé par la précision du détail, des textures riches, une esthétique naturaliste minimale - touches sous-marines, échos de bateaux lointains, glitchs glacés - et autres jeux de fréquences, il compose un « cinéma pour les oreilles » qui implique irrémédiablement l'auditeur dans une dimension sonore profonde et onirique. Pour sa performance à MUTEK, il est accompagné de l'artiste multimédia Egbert Mittelstädt, qui transcrit à merveille les évocations acoustiques de Biosphere en empreintes et dérapages visuels. Mittelstädt échappe avec style et sans prétention au formalisme rigide et dichotomique qui s'installe trop souvent entre l'image et le son. Ses manipulations numériques d'images de nature ou de situations d'extrême quotidienneté déstabilisent la perception et constituent une véritable invitation à l'évasion, vers des horizons indéfinis, à la fois irréels et poétiques.

EX-CENTRIS 1

Ex-Centris 01/06/2005

Do you recall the Biosphere 2 project? That immense, sealed glass dome constructed in the Arizona desert in 1990, which experimented with the possibilities of building self-sufficient space colonies, and housed entire families in a detached environment for extended periods of time? Geir Jenssen does. He was so taken with the creation of such a development that he adopted the project's name, Biosphere, as his alias. In a nod to many of his compositions having been assimilated into an 'Arctic Sound'-a somewhat reductive term concerning his work since it is much more than a simple reflection of his environment-he proposes you enjoy the same type of experience. Animated by attention to detail, rich textures, a natural minimalist aesthetic-aquatic brushstrokes, echoes of distant vessels, and glacial glitches-and other frequency maneuvers, he composes a 'cinema for the ears' that irremediably positions the listener in a profound and pensive sonic dimension. For Biosphere's MUTEK performance, multimedia artist Egbert Mittelstädt, who gloriously captures Jenssen's sonorous evocations through visual impressions and slides, will accompany him. Mittelstädt proceeds with style and eschews any pretences of rigid formalism or the dichotomy often found between sound and image. His digital manipulations of natural images or extreme situations from everyday life distort perception, while constituting a genuine invitation for escape toward infinite horizons. A dual display of the unreal and the poetic!

Discogs

×

Subscribe to newsletter

Mutek Mexico mailing list
* indicates required
*
Mutek Spain mailing list