Kapital Band 1 (DE)

Joueur de violoncelle émérite, comparse de Toshimaru Nakamura, entre autres, Nicholas Bussman (électroniques - membre de Beige Oscillator et Ich Schwitze Nie) a trouvé en la personne de Martin Brandlmayr (batterie et percussions - membre de Radian et de Trapist) un partenaire idéal pour générer une musique qui, jusqu'à l'arrivée de Kapital Band 1, ne demandait qu'à exister. Non contents d'être chacun de leur côté déjà associés à des projets consistants, les deux artistes ont décidé de juxtaposer, peu après leur première rencontre, leurs idées sur ce qu'ils qualifient avec un brin d'ironie de pop et de funk concordant sans difficultés. Est-il important de souligner que le duo soit passé maître dans les brouillages de cartes et de références - son premier double CD n'était-il pas en réalité un CD accompagné d'un CD-R vierge? Il importera donc de ne pas se fier aux évidences. Entre le talent évident de Brandlmayr à la batterie et les abstractions numériques de Bussmann, le duo affiche une volonté farouche d'impliquer l'auditeur en lui posant des défis. La jubilation est au rendez-vous à l'écoute de leur musique!

Maisons de disque
Liens

NOCTURNE 1

Musée Juste pour Rire 02/06/2005

Joueur de violoncelle émérite, comparse de Toshimaru Nakamura, entre autres, Nicholas Bussman (électroniques - membre de Beige Oscillator et Ich Schwitze Nie) a trouvé en la personne de Martin Brandlmayr (batterie et percussions - membre de Radian et de Trapist) un partenaire idéal pour générer une musique qui, jusqu'à l'arrivée de Kapital Band 1, ne demandait qu'à exister. Non contents d'être chacun de leur côté déjà associés à des projets consistants, les deux artistes ont décidé de juxtaposer, peu après leur première rencontre, leurs idées sur ce qu'ils qualifient avec un brin d'ironie de pop et de funk concordant sans difficultés. Est-il important de souligner que le duo soit passé maître dans les brouillages de cartes et de références - son premier double CD n'était-il pas en réalité un CD accompagné d'un CD-R vierge? Il importera donc de ne pas se fier aux évidences. Entre le talent évident de Brandlmayr à la batterie et les abstractions numériques de Bussmann, le duo affiche une volonté farouche d'impliquer l'auditeur en lui posant des défis. La jubilation est au rendez-vous à l'écoute de leur musique!
×

Inscription à la liste d'envoi