Gemmiform featuring the Banjo Consortium (CA)

PREMIÈRE MONDIALE
Initié par Stephen Beaupré, Gemmiform est la coalescence de sa musique électronique, des improvisations acoustiques du Banjo Consortium (guitare, flûte, accordéon, mandoline), et du travail des artistes visuels Nancy Belzile (film d'animation expérimental), Patrick Bernatchez (dessin) et David Fafard (imagerie numérique, vidéo, performances live de VJ). Cette œuvre traite principalement de la dimension implicite, sous-jacente de l'expérience vécue, et est inspirée par des sujets intemporels, tels que la genèse, la croissance, la métamorphose et le déclin, le désir, la joie et la perte, les mythes et le monde naturel, qui forment l'image gemmiforme qui lui a donné son nom. Les visuels utilisent une imagerie séduisante, conçue originellement avec des appareils de basse technologie, puis réarticulée et additionnée d'effets numériques. La musique, elle, utilise les sonorités organiques des instruments acoustiques et des enregistrements, terrain et de voix, qui sont ensuite synthétisées afin d'obtenir un résultat final vivant. Explorant la relation entre les dispositifs électroniques et le figuratif, l'organique et le narratif, cette production est une fragrance sensuelle et naturelle, un audacieux métissage, à la fois organique et fragile, contemplative et émotionnelle, mais cependant critique.

Avant_Mutek Chicago Jour 1

Various locations 22/04/2011

Expérience 1
MUTEK 2010, montreal

Monument-National 02/06/2010

PREMIÈRE MONDIALE
Initié par Stephen Beaupré, Gemmiform est la coalescence de sa musique électronique, des improvisations acoustiques du Banjo Consortium (guitare, flûte, accordéon, mandoline), et du travail des artistes visuels Nancy Belzile (film d'animation expérimental), Patrick Bernatchez (dessin) et David Fafard (imagerie numérique, vidéo, performances live de VJ). Cette œuvre traite principalement de la dimension implicite, sous-jacente de l'expérience vécue, et est inspirée par des sujets intemporels, tels que la genèse, la croissance, la métamorphose et le déclin, le désir, la joie et la perte, les mythes et le monde naturel, qui forment l'image gemmiforme qui lui a donné son nom. Les visuels utilisent une imagerie séduisante, conçue originellement avec des appareils de basse technologie, puis réarticulée et additionnée d'effets numériques. La musique, elle, utilise les sonorités organiques des instruments acoustiques et des enregistrements, terrain et de voix, qui sont ensuite synthétisées afin d'obtenir un résultat final vivant. Explorant la relation entre les dispositifs électroniques et le figuratif, l'organique et le narratif, cette production est une fragrance sensuelle et naturelle, un audacieux métissage, à la fois organique et fragile, contemplative et émotionnelle, mais cependant critique.

 

×

Inscription à la liste d'envoi