Poirier (CA)

Peu de montréalais peuvent se targuer d’avoir joué un rôle aussi proéminant dans le développement d’un hip-hop canadien vraiment distinct et novateur que Ghislain Poirier.

Le début de sa carrière musicale laissait présager tout autre, avec la sortie d’Il n’y a pas de Sud, un album micro-ambient paru en 2001 sous 12K, l’étiquette de Taylor Deupree. Depuis, sa production lorgne de plus en plus vers le hip-hop et cela donne plusieurs albums sur divers labels aux orientations pourtant bien distinctes : Intr_version (Montréal - expérimental), Chocolate Industries (Miami – abstract hip-hop) et Shockout (San Francisco – ragga dancehall).

Ambassadeur de la basse sous ses formes les plus lourdes et profondes, il est accueilli en 2007 par l’étiquette-phare Ninja Tune qui voit sa production maturer vers un son désormais typiquement québécois. Sa carrière a depuis pris un envol fulgurant sur la scène internationale alors qu’il continue d’affiner sa mouture toute personnelle d’un hip-hop furieusement hybride et visionnaire.

Pré Nocturne: Roland Showcase
MUTEK 2011, montreal

Société des arts technologiques [SAT] 01/06/2011

S’inspirant d’une vaste gamme de musique caraïbéenne et de son électronique urbain, la puissante prestation du DJ et producteur montréalais Poirier vient compliquer toute tentative de classer son style. L’utilisation des fragments du dancing, de l’énergie du soca et de l’intensité électronique stimule la créativité et l’enthousiasme de Poirier. Sous contrat avec Ninja Tune, il est passé maître dans l’art de la musique de danse.
Poirier est en constante évolution. Des aménagements de tambours vibrants aux graves pulsées et aux compositions de synthétiseur. Il passe constamment à de nouveaux genres, laissant sur sa trace des planchers de danse survoltés et enthousiastes. Depuis ses soirées légendaires Bounce Le Gros à Montréal, de son nouveau spectacle Karnival à guichets fermés deux années de suite, Poirier est infatigable, il arrive à mixer les styles, élargir les esprits et faire danser les foules.

NOCTURNE 3: Bounce le Monde

Métropolis 30/05/2009

Peu de montréalais peuvent se targuer d’avoir joué un rôle aussi proéminant dans le développement d’un hip-hop canadien vraiment distinct et novateur que Ghislain Poirier.

Le début de sa carrière musicale laissait présager tout autre, avec la sortie d’Il n’y a pas de Sud, un album micro-ambient paru en 2001 sous 12K, l’étiquette de Taylor Deupree. Depuis, sa production lorgne de plus en plus vers le hip-hop et cela donne plusieurs albums sur divers labels aux orientations pourtant bien distinctes : Intr_version (Montréal - expérimental), Chocolate Industries (Miami – abstract hip-hop) et Shockout (San Francisco – ragga dancehall).

Ambassadeur de la basse sous ses formes les plus lourdes et profondes, il est accueilli en 2007 par l’étiquette-phare Ninja Tune qui voit sa production maturer vers un son désormais typiquement québécois. Sa carrière a depuis pris un envol fulgurant sur la scène internationale alors qu’il continue d’affiner sa mouture toute personnelle d’un hip-hop furieusement hybride et visionnaire.

EX-CENTRIS 2

Ex-Centris 30/05/2002

Nouveau venu dans la sphère électronique minimale, Ghislain Poirier s'est bâti une solide réputation avec son premier enregistrement sur 12k, l'étiquette de Taylor Deupree. Comme ce dernier à ses débuts, Poirier affectionne les espaces mélodiques contrôlés qui reposent avec finesse sur des bases rythmiques ronflantes mais discrètes. L'artiste montréalais relève le défi de composer avec des moyens restreints par un travail acharné et patient, faisant preuve d'une maîtrise de ses influences diverses (techno minimale, funk, musiques africaines). Il en résulte une création à fleur de peau, chaude et délicate; une démonstration éloquente que l'économie de moyens peut être mise au service de la nouveauté.

×

Inscription à la liste d'envoi