Plastikman (CA)

Plastikman est le projet le plus connu de Richie Hawtin. Il a vu le jour après que Hawtin ait obtenu une certaine reconnaissance sous divers autres pseudonymes tels que Fuse et Elements of Tone. Le premier disque de Plastikman, Sheet One fut produit en 1993 et a rapidement rallié un public adepte de nouvelles expériences et déclinaisons de musique électronique influencée par le son de la techno de Détroit. Le son développé par Hawtin était fortement axé autour du Roland TB303, instrument qu'il avait modifié et utilisé de manière inattendue. À la même époque, Hawtin et ses collègues se sont plu à organiser des événements inusités à Windsor, Toronto et Détroit, au sein desquels la présentation de la musique était accompagnée d'une utilisation parallèle de différents dispositifs technologiques élaborés, devant accentuer l'intensité de l'expérience. Tout au long des années 1990, la réputation de Plastikman n'a cessé de croître, de même que celle des autres projets de Hawtin. Après être devenu l'un des DJs parmi les plus recherchés, après avoir produit plusieurs disques sous différents projets, fondé une nouvelle étiquette de disques (Minus) et s'être impliqué dans des initiatives commerciales et technologiques, il est retourné au projet Plastikman en 2003 avec l'album Closer. À la fois minimale et pulsée, organique et vertigineuse, la musique électronique de Hawtin plonge dans le noir, entraînant l'auditeur dans un dédale de sonorités sombres où affleurent une myriade de crissements et d'écho, sondant dans ses moindres recoins une musique que l'on croyait connaître, pour lui conférer une profondeur de champ inédite et en faire jaillir de nouveaux éclats. Avec Plastikman Live 2004 (Kontrol), Hawtin poursuit sur sa lancée d'innovateur et se donne comme défi de hausser les normes de la performance numérique. Est-il besoin de rappeler le lien étroit qui lie l'artiste à MUTEK, à ses prémisses et à Montréal ? Réfugié à Berlin, cet Ontarien se remémore sûrement ce spectacle de 1998, présenté au Media Lounge, alors qu'il ravissait la foule de sa musique minimale, subtile et envoûtante. Un moment fort, marquant, gravé.

Nocturne 3: Univers Parallèles
MUTEK 2011, montreal

Métropolis 04/06/2011

MUTEK est très fier d’accueillir Plastikman (aka Richie Hawtin), véritable légende de l’underground électronique pour la très attendue première canadienne de sa plus récente performance audiovisuelle, originellement imaginée par Hawtin pour ses débuts « live » à MUTEK. Entre 1993 et 2003, Plastikman a sorti 4 disques, très bien reçus par la critique et généralement considérés comme un exemple représentatif de la fusion entre sons électroniques et théories de la minimale. De Sheet One en 1993 à Closer en 2003, Plastikman réinvente le son de Détroit en s’inspirant de l’avant-garde musicale européenne, avant de se retirer de la scène musicale pour redéfinir une prestation de musique électronique en « live » avec Plastikman Live, concept qui a vu le jour à MUTEK en 2004. L’an dernier, Plastikman Live a entamé une tournée mondiale avec une nouvelle version de son spectacle audiovisuel, une création à couper le souffle où convergent sons, lumières, projections et interactivité avec le public. Muni d’un écran LED semi-circulaire mobilisant toute la scène, le spectacle est maintenant prêt à revenir là où tout a commencé : MUTEK !

MÉTROPOLIS 1

Métropolis 05/06/2004

Plastikman est le projet le plus connu de Richie Hawtin. Il a vu le jour après que Hawtin ait obtenu une certaine reconnaissance sous divers autres pseudonymes tels que Fuse et Elements of Tone. Le premier disque de Plastikman, Sheet One fut produit en 1993 et a rapidement rallié un public adepte de nouvelles expériences et déclinaisons de musique électronique influencée par le son de la techno de Détroit. Le son développé par Hawtin était fortement axé autour du Roland TB303, instrument qu'il avait modifié et utilisé de manière inattendue. À la même époque, Hawtin et ses collègues se sont plu à organiser des événements inusités à Windsor, Toronto et Détroit, au sein desquels la présentation de la musique était accompagnée d'une utilisation parallèle de différents dispositifs technologiques élaborés, devant accentuer l'intensité de l'expérience. Tout au long des années 1990, la réputation de Plastikman n'a cessé de croître, de même que celle des autres projets de Hawtin. Après être devenu l'un des DJs parmi les plus recherchés, après avoir produit plusieurs disques sous différents projets, fondé une nouvelle étiquette de disques (Minus) et s'être impliqué dans des initiatives commerciales et technologiques, il est retourné au projet Plastikman en 2003 avec l'album Closer. À la fois minimale et pulsée, organique et vertigineuse, la musique électronique de Hawtin plonge dans le noir, entraînant l'auditeur dans un dédale de sonorités sombres où affleurent une myriade de crissements et d'écho, sondant dans ses moindres recoins une musique que l'on croyait connaître, pour lui conférer une profondeur de champ inédite et en faire jaillir de nouveaux éclats. Avec Plastikman Live 2004 (Kontrol), Hawtin poursuit sur sa lancée d'innovateur et se donne comme défi de hausser les normes de la performance numérique. Est-il besoin de rappeler le lien étroit qui lie l'artiste à MUTEK, à ses prémisses et à Montréal ? Réfugié à Berlin, cet Ontarien se remémore sûrement ce spectacle de 1998, présenté au Media Lounge, alors qu'il ravissait la foule de sa musique minimale, subtile et envoûtante. Un moment fort, marquant, gravé.
×

Inscription à la liste d'envoi