NSI & Jimmy Lakatos (DE)

 

[PREMIÈRE/EXCLUSIVITÉ NORD-AMÉRICAINE] 

NSI (Non Standard Institute) est le fruit de la collaboration entre Tobias Freund - à l'affiche également en solo sous le nom de tobias. - et Max Loderbauer, du défunt duo Sun Electric, dont le rôle dans la popularisation d'une musique électronique plus axée sur l'écoute dans les années 90 a été majeur. 

Si NSI tire parti et s'inspire de la techno exploratoire de Sun Electric, toutes les innovations qui ont depuis contribué à façonner le genre sont mises à profit par le duo. Depuis 2005, année de sa fondation, NSI livre un style inimitable et sans compromis d'improvisation minimaliste qui tire son inspiration quelque part entre l'industriel un peu aride de Pan Sonic et les atmosphères arythmiques et éthérées du dark-ambient européen. 

En 2007, ils lancent Non-Standard Institute Plays Non-Standards (Sähkö), un album qui contribue sans nul doute à faire découvrir ces vétérans à une nouvelle génération d'admirateurs et d'artistes en quête d'inspiration qui sorte de l'ordinaire. 

Pour donner une résonance visuelle au travail de NSI, MUTEK a fait appel à l'un de ses collaborateurs de longue date, l'artiste montréalais Jimmy Lakatos. Consultant technique des premières éditions de MUTEK, le moins qu'on puisse dire est que Lakatos a un parcours insolite et atypique qui l'a mené jusqu'à la scéno-vidéographie, dont il fait aujourd'hui sa spécialité. Il transpose ses préoccupations artistiques dans des dispositifs volontairement précaires, dont l'équilibre répond à un langage personnel et unique. 

Cofondateur et président de la compagnie Geodezik, il se spécialise dans le design multimédia, la production vidéo et la conception de systèmes de diffusion pour la scène, les événements publics et les installations permanentes. Le spectre large de ses réalisations professionnelles lui donne une perspective unique sur le milieu artistique et sur l'impact social des technologies numériques.

Pour cette collaboration avec le duo allemand, il va adapter un dispositif élaboré cet hiver dans le cadre d'un projet réalisé pour le compte du Musée de la civilisation à Québec. Le concept repose sur la diffraction de la lumière sur des matières réfléchissantes en temps réels, le résultat étant très surprenant, à la fois fluide, mystérieux et éblouissant. 

A/VISIONS 3: High Voltage

Monument-National 29/05/2009

[PREMIÈRE/EXCLUSIVITÉ NORD-AMÉRICAINE] 

NSI (Non Standard Institute) est le fruit de la collaboration entre Tobias Freund - à l'affiche également en solo sous le nom de tobias. - et Max Loderbauer, du défunt duo Sun Electric, dont le rôle dans la popularisation d'une musique électronique plus axée sur l'écoute dans les années 90 a été majeur. 

Si NSI tire parti et s'inspire de la techno exploratoire de Sun Electric, toutes les innovations qui ont depuis contribué à façonner le genre sont mises à profit par le duo. Depuis 2005, année de sa fondation, NSI livre un style inimitable et sans compromis d'improvisation minimaliste qui tire son inspiration quelque part entre l'industriel un peu aride de Pan Sonic et les atmosphères arythmiques et éthérées du dark-ambient européen. 

En 2007, ils lancent Non-Standard Institute Plays Non-Standards (Sähkö), un album qui contribue sans nul doute à faire découvrir ces vétérans à une nouvelle génération d'admirateurs et d'artistes en quête d'inspiration qui sorte de l'ordinaire. 

Pour donner une résonance visuelle au travail de NSI, MUTEK a fait appel à l'un de ses collaborateurs de longue date, l'artiste montréalais Jimmy Lakatos. Consultant technique des premières éditions de MUTEK, le moins qu'on puisse dire est que Lakatos a un parcours insolite et atypique qui l'a mené jusqu'à la scéno-vidéographie, dont il fait aujourd'hui sa spécialité. Il transpose ses préoccupations artistiques dans des dispositifs volontairement précaires, dont l'équilibre répond à un langage personnel et unique. 

Cofondateur et président de la compagnie Geodezik, il se spécialise dans le design multimédia, la production vidéo et la conception de systèmes de diffusion pour la scène, les événements publics et les installations permanentes. Le spectre large de ses réalisations professionnelles lui donne une perspective unique sur le milieu artistique et sur l'impact social des technologies numériques.

Pour cette collaboration avec le duo allemand, il va adapter un dispositif élaboré cet hiver dans le cadre d'un projet réalisé pour le compte du Musée de la civilisation à Québec. Le concept repose sur la diffraction de la lumière sur des matières réfléchissantes en temps réels, le résultat étant très surprenant, à la fois fluide, mystérieux et éblouissant.

×

Inscription à la liste d'envoi