MUTEK.Mag
Opinion

DISCO INFERNO

DKMD, duo composé de David Kristian et Marie Davidson, nous raconte comment leur formation a vu le jour.

David Kristian and Marie Davidson - 1 mai 2012
DISCO INFERNO


Au début, un long dialogue fût amorcé.

Marie rendait visite à David et nous discutions. Nos sessions était plus que des enregistrements, mais des rencontres spirituelles où la musique était précédée par de longues conversations. On nous posa plusieurs fois la question, "Comment se passe votre collaboration?" La réponse étant toujours la même; à merveille. Bien que nous aillons enregistrer plus d'une centaine d'heures d'improvisation, c'est principalement au travers d'échanges verbales que l'univers de DKMD a été créé. Nous échangions à propos de toutes formes de création qui nous inspirent, parlant de cinéma, trame sonores, musique contemporaine ou électronique, rêves nocturnes et voyages psychédéliques. Nous avions tant à nous faire découvrir l'un à l'autre.

Après plus de cinq mois d'exploration de musique ambiante, cinématographique, psychédélique, nous avons vu notre son évoluer et s'affiner. C'est à ce moment que nous avons su qu'il était temps pour nous d'explorer un nouveau genre musical et changer de paysage sonore. David Kristian et Marie Davidson allaient se métamorphoser en DKMD pour réaliser un fantasme commun: produire des chansons de disco. Délaissant l'introspection pour s'adonner à des inspirations plus viscérales nous sommes entrés dans la monde du dancefloor. Étant fans de l'âge d'or du disco classique des années 70, il nous fût naturel d'incorporer cette influence à nos nouvelles compositions sans toute fois faire un projet de chansons pastiches. DKMD compose des pièces dansantes modernes, qui se doivent d'être sensuelles et envoutantes restant ainsi intimement liées à nos inspirations de base.

Changer de style n'implique pas seulement de jouer de nos instruments d'une différente manière, mais aussi de délaisser le confort du familier et totalement changer de méthode de travail. Avant de s'adonner au disco, synthétiseurs, guitare, violon et voix traités aux travers de multiples effets formataient la base de notre instrumentation. Après la composition de Taxi Cab, notre première pièce de disco, nous avons réalisé que travailler à partir de "software" nous laisserait plus de flexibilité dans la conception du son et du mixage de notre musique. Délaissant nos instruments réels pour quelque temps, nous sommes allés puiser dans des librairies d'échantillonnage sonore et des "plugins gardant seulement la voix en temps qu'élément naturel. De cette décision est née "On The Other Side". On a laissé notre alter ego DKMD prendre parole dans la cadence de cette musique transcendante.
 
Alterner entre les extrêmes, passer de ces deux genres de musique plusieurs fois au cours d'une même année, nous empêche de devenir trop confortable dans notre recherche. C'est un choix pour nous de relever le défi que de continuellement nous renouveler. Pour nous, le plaisir réside dans la tentative d'appliquer l'esthétique de DKMD à différents style, plutôt que de composer une compilation de pièces de genres différents. Ainsi, notre côté expérimental et notre musique dédiée aux pistes de danse évoluent, prenant de l'expansion dans nos inspirations du moment. On peut maintenant entendre des séquences hypnotiques apparaître dans notre paysage sonore et nos atmosphères cinématographiques se rapprochent de plus en plus à un monde de science-fiction. Qui sais où nous irons? Par la création, DKMD c'est la réalisation de nos rêves.

Le duo DKMD se produira cette année à MUTEK lors da la soirée Nocturne 1, le mercredi 30 mai.
 

×

Inscription à la liste d'envoi