Minimal ≠ Minimal

  • (2013-06-01) Minimal ≠ Minimal

Présenté par CTM Festival (Berlin)

La fascination exercée par la perception auditive et la quête visant à élargir l’expérience de la musique à atteint un nouveau niveau d’intensité, au 20e siècle, quand plusieurs musiciens issus d’horizons multiples et sans liens établis, ont commencé à explorer de nouvelles approches du son. Issus de cette fascination ont émergé des mouvements tels que le sérialisme (ou musique sérielle), chapeauté par les sommités que sont Stockhausen, Reich et Cage, mais aussi par des musiciens travaillant à contre-courant des tendances dominantes, tel qu’Ernstalbrecht Stiebler. Quelque peu méconnu, Stiebler mérite tout de même une réévaluation de sa contribution critique à la nouvelle compréhension du temps et de l’espace à l’intérieur du son; son travail contribuant à poser les bases de la musique minimaliste moderne.

Afin de rendre hommage à ce compositeur innovateur et discret, une sélection des oeuvres de Stiebler sera performé par divers musiciens. L’approche musicale est parfaitement décrite par Stiebler lui-même :

“La pause, le silence ou le discret timbre sonore ouvre nos oreilles au son de l’espace lui-même, ses échos, ses bruits, la circulation même de l’air. La lenteur nous permet d’entendre les détails plus clairement, par exemple, le jeu des sous-entendus harmoniques dans un intervalle en quatre-temps parfaits, joués en plusieurs tons sur le piano. La répétition nous révèle les plus infimes changements dans la manière dont nous entendons; un son n’est jamais deux fois le même, nous l’entendons différemment, nous avons changé, nous nous écoutons écouter.

Quand la musique nous laisse assez de temps — car le temps nous est essentiel afin d’écouter “dans le temps” —, c’est là, et seulement là que l’on arrive à appréhender la grandeur, la profondeur, et les diverses couleurs d’un espace sonore; un espace sonore qui s’étend aussi loin que le permet l’espace intérieur, comme l’écrivait Franz Kafka, niché au sein de chaque individu : l’espace intérieur qui est irrévocablement relié à l’espace extérieur, et qui s’ouvre à travers la musique.

Si l’ampleur et la profondeur d’un espace sonore peuvent jamais être sondées, nous devons apprendre à donner de l’espace à de plus grands intervalles temporels, à de longues notes, tandis que la musique, tout comme notre conscience, s’élargit et prend de l’expansion. C’est là sa progression, au-delà des émotions et de la finesse. Pour ce faire, j’essaie de composer des sons.” — Ernstalbrecht Stiebler

PROGRAMMATION: 

Discussion avec Ernstalbrecht Stiebler, menée par Remco Schuurbiers (programmateur, CTM Festival) ~ 15 min.
“Im Atem”, 2012, Ernstalbrecht Stiebler (piano et électronique) ~ 11 min.
“Sequenz II, Version 3 for Cello and Tape”, 2006,
Agnieszka Dziubak (violoncelle) ~ 14 min.
“Quart Solo”, 1998, Ernstalbrecht Stiebler (piano) ~ 10 min.
“Schwebend, 2011, Agnieszka Dziubak (violoncelle) ~ 8 min.
“Nine Lines for String Quartet”, 2006, Quatuor Bozzini ~ 10 min.

Célébrant son 15e anniversaire en janvier/février 2014, CTM.14 — DIS CONTINUITY — rassemblera des sommités issues de divers mouvements musicaux et artistiques et se penchera sur l’influence qu’ils ont exercée sur leurs contemporains ainsi que sur les artistes contemporains qui se sont approprié ces mouvements; catalyseurs leur permettant d’élaborer de nouveaux genres et de nouvelles formes, d’une inimaginable diversité. 
http://www.ctm-festival.de/

 

Ernstalbrecht Stiebler

Le label berlinois m=minimal considère Ernstalbrecht Stiebler comme le premier compositeur allemand ayant utilisé les techniques minimales, en réaction au sérialisme dominant de l’époque. Si ses compositions sont relativement méconnues, Stiebler s’est acquis un immense respect grâce à sa carrière de producteur radiophonique.

Stiebler est un compositeur d’avant-garde jouissant d’une grande réputation; il compose pour l’orgue et le piano, et a créé de la musique de chambre et des pièces pour chorales. Il occupe le poste de directeur de la nouvelle musique au Hessischer Rundfunk pendant plus de 25 ans, où il supervise les enregistrements de Morton Feldman, John Cage, Alvin Lucier, Giancinto Scelsi, Earle Brown, et Christian Wolff, entre autres.

Stiebler étudie la composition et le piano au Musikhochschule Hamburg et à Darmstadt, entre 1958 et 1961, incluant une période où il étudie sous la gouverne de Karlheinz Stockhausen, en 1959.

Sa première composition “Extension I” est jouée en 1963, et est perçue comme une opposition au style sérialiste, en vogue à l’époque. Sa “Sequenz II” pour violoncelle et cassette (1984) a été réenregistrée, en 2012, par la violoncelliste Agnieszka Dziubak et est parue chez m=minimal. Cette parution comprend aussi les pièces “Mitteltöne” et “Trio 89”. M=minimal publiera bientôt le “ton um ton” de Stiebler, performé par ensemble moderne.

Articles reliés: http://www.ctm-festival.de/content/feature-teaser/coming-to-terms-with-sound/

http://soundcloud.com/experimedia/ernstalbrecht-stiebler-sequenz

 

Agnieszka Dziubak

Violoncelliste basée à Berlin, Agnieszka Dziubak performe de la musique classique, contemporaine, expérimentale et improvisée. Elle est également membre du duo DuoKaya, a performé avec le Boston Modern Orchestra Project, le Callithumpian Consort, le Boston Conservatory Chamber Players et le Ludovico Ensemble, ainsi que le New England String Ensemble.

http://www.myspace.com/agnieszkadziubak

https://www.facebook.com/agnieszka.dziubak.90/info

 

Quatuor Bozzini

Depuis 1999, le Quatuor Bozzini, basé à Montréal, s’est imposé en tant que voix originale dans les domaines de la nouvelle musique, du classique, et de la musique expérimentale et contemporaine. Ils ont nourri un répertoire vaste et varié, qui comprend plus de cent trente œuvres commandées, ainsi que près de deux-cents pièces présentées en première.

Le Quatuor Bozzini à été nominé en tant que finaliste du Grand Prix du Conseil des Arts de Montréal 2012. Ils ont aussi remporté trois prix Opus du Conseil québécois de la musique, furent lauréats des prix Étoile-Galaxie remis par Radio-Canada (2001), et du Ernst von Siemens Musikstiftung allemand (2007). Le quatuor présente sa série de concerts annuels à Montréal, la Série qb, et part régulièrement en tournée en Europe, aux États-Unis, en Amérique du Sud et au Canada, sur invitation de festivals tels que MärzMusik (Berlin, Allemagne), Ultima (Oslo, Norvège),Huddersfield (UK), Klangspuren (Autriche), NovemberMusic S’Hertogenbosch (Hollande) et Présences (France).

En 2004, le quatuor crée son propre label, Collection QB, en collaboration avec Dame/Actuelle CD. Ce label donne au quatuor, et à d’autres artistes, la liberté d’enregistrer des œuvres de compositeurs tels que Steve Reich, Jo Kondo, Howard Skempton, et James Tenney, ainsi que des œuvres de compositeurs canadiens tels que Jean Lesage, Claude Vivier, Michael Oesterle et Michel Gonneville. Le Quatuor Bozzini à enregistré avec Centrediscs, Wandelweiser, Wergo-Deutscher Musikrat, et ATMA Classique, et peut être entendu régulièrement sur les radios d’Europe et du Canada.

http://www.quatuorbozzini.ca/

http://soundcloud.com/quatuor-bozzini

https://www.facebook.com/quatuorbozzini


16:00 - 17:30

Centre PHI
407 Rue St-Pierre, Montreal
Montréal, Canada

Billets: $15,00 à la porte + tx & fs

  • Partenaire présentateur

    Ctm_greyweb
  • Avec le soutien de

    Eu_flag_cult_en
  • Partenaire collaborateur

    Phi_centre_webgrey7
×

Inscription à la liste d'envoi