Jesse Osborne-Lanthier (Noir) & Grischa Lichtenberger DE

OUVERTURE MAC: Totally Tubular
27 mai 2014, 21:00 - 01:15
1013_10_TV_c.s.l.m. - Artiste: 21:00 - 21:45
Liens
Facebook
Facebook

Figure clé de la communauté expérimentale montréalaise, Jesse Osborne-Lanthier est un musicien et artiste visuel autodidacte. Il forge avec expertise des univers sonores déroutants en alliant des synthétiseurs modulaires à des traitements numériques, tout en puisant dans un riche arsenal de field recordings, d’instruments classiques, de bandes magnétiques et autres équipements d’enregistrement. Sa pratique conceptuelle explore le potentiel infini de signaux sonores semblant venir d’un autre monde. Jesse Osborne-Lanthier opère en dehors des limites de la musicalité et les sons qu’il manie peuvent même devenir menaçants. Utilisant de nombreux pseudonymes, il compose aussi bien pour le théâtre contemporain que pour diverses bandes originales de films. Il collabore régulièrement avec les membres de sa famille musicale, notamment avec les Montréalais Hobo Cubes, Bernardino Femminielli et Marie Davidson. Grischa Lichtenberger, pour sa part, est un artiste pluridisciplinaire de Berlin, signé sur le cultissime Raster Noton. Tous deux sont intéressés par les processus créatifs sans limite, les technologies désuètes et les manipulations virtuoses de synthétiseurs, s’inscrivant dans une démarche de recherche sonore en constante évolution. Ces similarités se dénotent particulièrement sur l’évocateur ~Treibgut EP de Grischa Lichtenberger (2009) et sur son album And IV [inertia] paru en 2012, où l’on retrouve des fragments abstraits de noise. En 2013, Jesse Osborne-Lanthier a présenté la performance audiovisuelle immersive Deliquescent avec Sabrina Ratté à Elektra, élevant la ramification entre analogue et numérique par-delà les chemins classiques. Il retourne donc à EM15 accompagné de Grischa Lichtenberger pour une collaboration intitulée Conversations sur lettres mortes. L’expérience promet d’être un hommage à cet objet sacré tant apprécié de l’enfance qu'est la télévision, où les deux artistes expérimentent avec des tubes cathodiques de manière inimaginable, afin de créer une symphonie audiovisuelle.